SRG SSR

Responsabilité à l'égard des collaborateurs

Responsabilité à l'égard des collaborateurs

«De fortes personnalités font de bons programmes, de même que des collaborateurs compétents, orientés services, mobiles, fiables, responsables et loyaux font le succès économique de la SSR.»

Telle est la conviction sur laquelle s’appuie la nouvelle politique du personnel de la SSR, concrétisée dans un programme d’action sous la forme d’une stratégie RH 2013–2017. Celle-ci définit cinq priorités s’appliquant au Human Resources Management (HRM) SSR:

Direction professionnelle et harmonisation: efficience, harmonisation, qualité. Le repositionnement des RH doit être mené à bien.

Un personnel prêt au changement: de l’engagement des collaborateurs, de leur motivation et de leurs compétences professionnelles et personnelles dépend le succès de l’entreprise. La SSR s’adresse à des personnes orientées prestations, qui ont un sens aigu du service public.

Flexibilité et équité: des conditions d’engagement équitables motivent le personnel et renforcent le sentiment de sécurité. La SSR recherche avec son partenaire social des solutions qui permettent à l’entreprise de tirer profit de la mutation des médias.

Développement des cadres: les cadres occupent une position clé. L’objectif est d’instaurer une approche de la conduite identique dans les quatre régions.

Pérennité de la Caisse de pension: la Caisse de pension a besoind’une marge de manoeuvre et d’une assise technique garantes de sa viabilité.

Nouvelle stratégie RH: la numérisation à l’honneur

La SSR travaille actuellement à une nouvelle stratégie RH qui devrait entrer en vigueur cette année. La nouvelle stratégie est axée sur la numérisation, une tendance de très grande envergure et un moteur de progrès qui transforme le quotidien des hommes dans le monde entier. Et ce qui est vrai pour le public radio, TV et Internet de la SSR l’est aussi pour ses collaborateurs. En effet, ces derniers ont tendance à recourir aux platesformes électroniques d’information, de communication et d’échange de manière plus intensive mais aussi à des heures et en des lieux toujours plus variables. Si cette tendance implique une accélération du rythme de travail, elle s’accompagne également d’un gain de flexibilité et d’individualisation. En résumé, l’essor de la numérisation appelle la création de modèles de travail adaptés. La SSR souhaite relever le défi et a défini en 2015 de nouvelles mesures visant à promouvoir et optimiser les formes de travail mobiles et flexibles.

Work Smart: la SSR signataire de la charte

Quelles conditions préalables faut-il remplir pour garantir le bon fonctionnement des formes de travail mobiles et flexibles? Quels sont les avantages et les inconvénients pour les collaborateurs et pour l’entreprise? Afin de répondre à ces questions et d’encourager les formes de travail flexibles et mobiles, sept entreprises suisses (CFF, Swisscom, La Poste, SSR, La Mobilière, Microsoft Suisse et Witzig The Office Company) ont lancé ensemble l’initiative «Work Smart» en juin 2015. Grâce à une charte signée en commun, ces entreprises donnent un signal fort tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des entreprises. Ce faisant, elles traduisent leur volonté de contribuer à la réalisation des objectifs suivants (extrait de la charte):

  • Créer des conditions-cadres motivantes: nous voulons renforcer la notion d’engagement et la motivation chez nos collaborateurs en leur permettant d’organiser leur travail de manière plus autonome.
  • Mieux couvrir le marché du travail: en tant qu’employeur, nous voulons devenir plus attrayant et intégrer davantage de groupes de personnes sur le marché du travail. Cette mesure nous permet notamment de mieux concilier le travail et les autres domaines de la vie.
  • Exploiter plus intelligemment les ressources et les infrastructures: nous voulons faire un usage plus astucieux de l’énergie, des bâtiments et des infrastructures de transport, et en répartir l’utilisation de manière plus égale pendant la journée.

Les formes de travail mobiles et flexibles sont particulièrement importantes pour la SSR, puisque son public privilégie de plus en plus les contenus en ligne et un mode de consommation nomade. Tout comme le comportement de consommation des auditeurs, des téléspectateurs et des internautes change, les formes de travail évoluent dans une entreprise média. Les modèles  de travail mobiles et flexibles requièrent davantage de sens des responsabilités et d’autonomie, d’une part, et contribuent à l’amélioration de la qualité de vie, de la créativité, de la productivité et de la capacité d’innovation, d’autre part. Ils sont nécessaires pour réussir dans un environnement de travail soumis à des mutations sociales et des évolutions technologiques constantes.

Harmonisation et introduction de nouveaux outils RH

La numérisation et l’individualisation jouent un rôle important dans les processus et les systèmes HR. C’est pourquoi la SSR a élargi les possibilités de saisie et de gestion des données personnelles (Self-Services): depuis la mi-2015, les collaborateurs peuvent modifier eux-mêmes leurs données (coordonnées bancaires, adresse, interlocuteur en cas d’urgence) dans le système et signaler facilement par voie électronique les changements d’état civil ou les naissances. Par ailleurs, la SSR a introduit un outil de gestion des absences à des fins de test. Il permet aux supérieurs hiérarchiques de consulter les absences pour maladie ou pour accident de leurs collaborateurs, et d’aller au besoin vers les personnes concernées. L’objectif de ce nouvel outil est de limiter les absences imprévues et de préserver les performances et la motivation des collaborateurs. La SSR poursuivra en 2016 l’harmonisation et la standardisation des processus et des systèmes HR. La palette de Self-Services proposée aux supérieurs hiérarchiques sera par ailleurs élargie.

Développement des cadres: élargissement de l’offre

La Direction générale et les unités d’entreprise de la SSR ont élaboré en 2015 un nouveau programme de développement des cadres, et ont ainsi élargi l’offre de formation et de perfectionnement à l’intention des supérieurs hiérarchiques. Le programme de développement s’adresse aux cadres expérimentés et met l’accent sur des thèmes stratégiques, l’innovation, la mobilisation des ressources dans un environnement en mutation ainsi que le développement de son propre domaine de responsabilités. Ce programme sera proposé pour la première fois en 2016. En matière de conduite, la formation de base nationale qui avait déjà donné satisfaction ces dernières années a de nouveau été organisée avec succès en 2015. Deux sessions ont permis à 24 personnes d’acquérir les notions fondamentales de la conduite du personnel de même que des connaissances techniques.

Nouveau plan social et renouvellement de la CCT

En 2015, la SSR a remanié avec le syndicat SSM le plan social concernant les collaborateurs sous CCT, et celui concernant les cadres avec l’Association des cadres. Les deux plans sociaux sont entrés en vigueur le 1er novembre 2015. Ils constituent une mesure d’accompagnement permettant d’atténuer les effets du programme d’économies de la SSR sur le personnel. Les partenaires sociaux SSM et SSR ont également décidé d’un commun accord de prolonger la convention collective de travail (2013–2016) de deux ans, c’est-à-dire jusqu’à la fin 2018. Par ailleurs, les partenaires sociaux ont adopté le règlement «Congés syndicaux et activités syndicales» remanié, qui est entre en vigueur le 1er janvier 2016. Deux dispositions de la CCT étant interprétées de manière différente par les partenaires sociaux, un tribunal arbitral a été saisi. Le verdict est attendu cette année.

Enquête de satisfaction auprès du personnel 2015

Au printemps 2015, la SSR a organisé pour la quatrième fois une enquête de satisfaction auprès du personnel à laquelle 60 % des collaborateurs ont pris part. Les résultats obtenus sont similaires à ceux de la dernière enquête, effectuée en 2013: la satisfaction au travail et le sentiment d’appartenance à l’entreprise restent élevés. Les collaborateurs s’identifient très fortement à leur unité d’entreprise. Les facteurs «contenu du travail» et «travail en équipe» ont obtenu de bons résultats, de même que les compétences sociales et les compétences de conduite du supérieur direct. La participation (possibilité de s’impliquer dans son travail et de l’influencer) enregistre elle aussi un bon score. L’enquête a par ailleurs révélé un potentiel d’amélioration dans trois domaines: l’organisation adéquate et efficace de son propre domaine, la manière d’appréhender les changements, le développement du personnel ainsi que la confiance témoignée à la direction des unités d’entreprise et, enfin, la communication de la stratégie d’entreprise.

Caisse de pension (CPS): baisse de performance

En 2015, la CPS a enregistré une performance de 0,75 % avec ses placements de capitaux (contre 8,45 % l'année précédente). A la fin de l'exercice, le taux de couverture se montait à 105,4 % (106,9 % fin 2014). Comment expliquer cette baisse?

  • La baisse constante des rendements des placements;
  • La tendance croissante à la régulation qui constitue un nouveau défi pour les caisses de pension et les employeurs;
  • Les taux négatifs que les banques suisses imposent aux caisses de pension;
  • Les stratégies différentes des banques centrales: alors que la FED a légèrement relevé ses taux, les banques centrales européenne et japonaise continuent de maintenir leurs taux bas en pratiquant une politique monétaire expansive.

La performance de la CPS n'est pas seulement inférieure au taux minimal LPP fixé à 1,75 % pour 2015, mais aussi aux objectifs de rendement de la CPS fixés à 3,3 %. Le taux minimal dépend des revenus réels des placements sûrs. Or, ces derniers sont en baisse et affichent des plus bas historiques. C'est pourquoi le Conseil fédéral a décidé de réduire le taux minimal LPP à 1,25 % à la fin octobre 2015.

Comme la performance et le potentiel de rendement n'ont pas suffi à financer les obligations de la CPS, le taux de couverture a également baissé. Le taux technique de la CPS (3,25 %) est supérieur à celui de la moyenne suisse et n'est plus finançable à moyen terme. Le Conseil de fondation se penche actuellement sur une baisse du taux technique.

RSIRTRRTSSRFSWI