SRG SSR

RTS Radio Télévision Suisse

Gestion qualité et contrôle interne

Assurance qualité: méthode, enseignements, mesures

Compte tenu du débat politique actuel sur le service public audiovisuel, le travail constant sur la qualité de l’offre RTS doit jouer un rôle de premier plan tant chez les prescripteurs que pour le public. L’enjeu majeur est qu’ils reconnaissent et apprécient les spécificités des offres RTS, qui doivent marquer la différence par rapport aux médias privés, les médias français en particulier.  

Compte tenu des importantes évolutions structurelles et organisationnelles survenues au sein de la RTS en 2016 (dont la création du département «Stratégie et Programmation»), il est apparu opportun de faire évoluer le processus de suivi de la qualité au sein de l'unité.  

Après 5 ans de Bilans Qualité dont les mesures proposées ont été régulièrement reprises par les rédactions en chef, la RTS a décidé de ne plus considérer la qualité comme seul outil de contrôle a posteriori. Cela signifie concrètement une définition de l’objectif de qualité, un processus décisionnel continu dès la conception et le lancement des émissions et surtout une connaissance plus approfondie du public, de ses besoins et de ses comportements d'utilisation des médias.  

Cette évolution passe par un travail encore plus collaboratif à l’interne de la RTS, entre stratégie de l’offre, recherche (études et audiences), programmation et qualité. La RTS doit couvrir un large spectre en réunissant tous les publics grâce à ses différentes offres (radio/tv/multimédia). Les jeunes adultes, notamment, sont actuellement un enjeu majeur pour le service public. C'est donc tout logiquement que de nouvelles écritures éditoriales sont proposées, en particulier sur les nouveaux écrans et les réseaux sociaux. 

Formation de base et formation continue

En 2016, eu égard à l’absence de gros projets de renouvellement d’outils de production, il n'y a pas eu de demandes spécifiques de formation continue.  

De plus, cette année est une phase de transition, notamment pour le nouveau département Société et Culture, où des changements structurels et organisationnels ont eu un impact sur la disponibilité des collaborateurs.  

Pour ces raisons, nous constatons une baisse des chiffres pour l’année 2016: 820 personnes (un collaborateur qui suit plusieurs formations est ici compté plusieurs fois) ont suivi 105 200 heures de formation, soit 77 040 heures de formation continue et 28 160 heures de formation de base. Ce qui représente, en termes d’heures de formation globales, une baisse de 33,5 % par rapport à 2015. En moyenne, les collaborateurs des départements Actualité/Sports et Société/Culture ont suivi 1,3 jour de formation. 

L’encouragement de la relève dans les métiers de l’éditorial est toujours favorisé. A fin 2016, le nombre de stagiaires reste stable avec 16 personnes en formation permanente. 

La nomination de nouveaux cadres ou responsables de secteur a impliqué des mesures en termes de formations managériales (120 participations).  

Fonctionnelle depuis l’automne 2015, la cellule «Réseaux Sociaux» a mis en place une politique et des pratiques éditoriales sur lesquelles les collaborateurs Actualité/Sports et Société/Culture doivent s’appuyer pour appliquer la stratégie Réseaux Sociaux de la RTS. 

Cette cellule, en partenariat avec le Service Formation, a proposé une série de formations sur les réseaux sociaux. L’offre comprend une formation généraliste, destinée à l’ensemble des collaborateurs RTS, et sept autres plus spécifiques, telles que «Filmer avec son smartphone» ou encore «Présence d’une émission sur les Réseaux Sociaux». En 2016, 130 participations ont été enregistrées pour les formations Réseaux Sociaux.

RSIRTRRTSSRFSWI