SRG SSR

Le service public – au service de la société

Le service public, notre engagement

L'article 2 de la Concession octroyée par le Conseil fédéral à la SSR constitue la base du mandat de cette dernière en matière de programmes. Par son service public audiovisuel, la SSR doit essentiellement contribuer:

  • à l'image de la Suisse,
  • à la démocratie et à la libre formation de l'opinion,
  • à l’intégration,
  • à la culture,
  • à la formation du public,
  • au divertissement,
  • à sa singularité, et
  • au rayonnement de la Suisse à l'étranger.

Dans son dernier rapport de gestion, la SSR a expliqué le rôle de ses prestations de programme dans les domaines de l'intégration, de la démocratie et de la formation. Cette année, ce sont l'image de la Suisse, la culture et la singularité de la SSR qui se trouvent sous les feux des projecteurs. Vous pourrez lire aux pages suivantes les rapports des unités d'entreprise RSI, RTR, RTS, SRF et SWI sur ces sujets.

Rapport du Conseil fédéral sur le service public de la SSR

Le Conseil fédéral a publié à l'été 2016 son rapport sur le service public dans le domaine des médias, dans lequel il établit que la SSR doit mettre son offre média au service de la société. Mais qu’entend-on au juste par cela? Par sa vaste offre média, la SSR doit atteindre tout le monde, c'est-à-dire la population suisse des quatre régions linguistiques, mais aussi celles et ceux qui sont venus dans notre pays, qui s'y sont installés et qui représentent aujourd'hui près de 25 % de la population. En d’autres termes: la SSR contribue à la «cohésion nationale».

Une motion pour renforcer la cohésion nationale

Ancien conseiller aux Etats grison, Theo Maissen a demandé dans une motion soumise le 4 mars 2010 que la SSR crée une nouvelle chaîne tv pour contribuer à la compréhension mutuelle et à la promotion de la cohésion nationale. Contrairement à la proposition du Conseil fédéral, le Conseil aux Etats et le Conseil national ont adopté la motion.

Toutefois, la proposition parlementaire comportait une modification majeure. En effet, le parlement n'exigeait plus que la SSR crée un nouveau programme tv aux fins exclusives de l’échange national. Le Conseil fédéral devait observer comment la SSR contribuait aux échanges interculturels et à la promotion de la compréhension entre les régions linguistiques et informer régulièrement le Parlement des progrès réalisés par la SSR.

En 2012, l'Office fédéral de la communication (OFCOM) déclarait dans un communiqué de presse: «Le Conseil fédéral salue les efforts consentis par la SSR pour renforcer la cohésion nationale. (…) Par ailleurs, le Conseil fédéral constate que les informations sur les autres régions linguistiques dans les émissions d'information peuvent encore être améliorées.»

L'OFCOM salue les efforts de la SSR

La SSR a ensuite soumis à l'OFCOM des rapports de mise en œuvre en 2013, 2014 et 2015 sur le «Renforcement de la compréhension mutuelle et de la cohésion nationale par la SSR». Le 23 octobre 2014, Philippe Metzger, directeur de l'OFCOM, a tiré un bilan positif et a reconnu les efforts considérables consentis par la SSR tant au niveau institutionnel qu'au niveau du contenu pour améliorer ses prestations en matière d'intégration. Il a particulièrement salué les nouveaux bureaux de coordination interrégionale ainsi que les nouveaux formats de programme.

Depuis 2016, la SSR rend compte oralement à l'OFCOM des prestations qu'elle fournit aux fins de la cohésion nationale.

Echange de programmes à l’échelle de la SSR

Le 1er janvier 2015, six coproducteurs interrégionaux ont entamé leurs travaux dans les domaines de l'échange de programmes, de la diffusion de programmes, de la coproduction et des reportages en provenance des autres parties du pays. Cette collaboration entre les différentes unités d'entreprise de la SSR recouvre tous les vecteurs, canaux et genres. Le but de cette stratégie et de la planification à long terme est la mise en œuvre efficace de projets nationaux grâce à des processus décisionnels simplifiés et à la mise en commun des ressources financières.

En 2016, cette collaboration nationale a permis, entre autres, la réalisation des activités ci-après:

  • coordination totale pour «l'année du Gothard»,
  • production conjointe de l'émission SRF «Schweiz aktuell am Gotthard» entre SRF et la RSI,
  • développement d'un concept de radio nationale «8x15.», une plate-forme de Radio SRF Virus pour des jeunes musiciens de toute la Suisse,
  • adaptation du projet de série d'animation «Helveticus» en romanche,
  • coordination du feuilleton documentaire en quatre parties «La vie en fanfare» (Fête Fédérale de la musique 2016),
  • web-séries «cliCHés» et «STHOPP SUISSE».

Représenter et rassembler la société

Par son offre, la SSR définit et renforce le service au public. Elle traite des sujets fondamentaux et fournit des programmes essentiels, indépendamment de tout quota ou influence politique. C'est pourquoi son service public audiovisuel est intemporel, notamment pour un pays aussi divers et multilingue que la Suisse.

La SSR crée des passerelles qui unissent la Suisse multiculturelle et multilingue. Pour elle, la cohésion puise sa source dans la diversité, et cette diversité, la SSR sait la valoriser: par des formats attrayants, elle représente et défend la culture suisse et crée une identité. En tant qu'entreprise financée par la redevance, la SSR souhaite, peut et doit demeurer au service de tous.

RSIRTRRTSSRFSWI